Archives de
Auteur : admin

Pensée positive sur le lâcher prise

Pensée positive sur le lâcher prise

Comment lâcher prise ?

Une petite phrase de Mozart qui nous invite à cet état de méditation pour atteindre un lâcher prise dans lequel l’inspiration ou la solution peut apparaître : « Je ne peux pas forcer ma musique à venir. Je peux seulement me mettre en état de la recevoir et c’est dans cet état qu’elle commence à couler » Mozart

Lacher prise comme l'eau d'un torrent

 

Pour suivre les pensées positives, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :


 

 

 

La théorie du 100ème singe

La théorie du 100ème singe

Il arrive qu’il y ait certaines choses qui ne nous conviennent pas et que nous aimerions voir changer, et en même temps nous nous sentons tout petit et impuissant devant l’immensité du travail à accomplir. Cette histoire, réelle, vous aidera peut-être à transformer votre vision sur ce qui peut être véritablement réaliser :

La théorie du 100ème singe

Une espèce de singe japonais, le macaque japonais, a été observée à l’état sauvage sur une période de 30 ans. En 1952, sur l’ile de Koshima, des scientifiques nourrissaient les singes avec des patates douces crues en les jetant sur le sable. Les singes aimaient le goût des patates douces, mais trouvaient leur saleté déplaisante.

Une femelle âgée de 18 mois appelée Imo pensa quelle pouvait solutionner le problème en lavant les patates dans un ruisseau tout près. Elle enseigna ce truc à sa mère. Leurs compagnes de jeu apprirent aussi cette nouvelle façon de faire et l’enseignèrent aussi à leur mère.

Cette innovation culturelle fut graduellement adoptée par différents singes devant les yeux des scientifiques. Entre 1952 et 1958 tous les jeunes singes apprirent à laver les patates douces remplies de sable pour les rendre plus agréables au goût. Seuls les singes adultes qui imitèrent leurs enfants apprirent cette amélioration sociale. Les autres singes adultes conservèrent leur habitude de manger des patates douces sans les laver.

Alors quelque chose d’étonnant se produisit. À l’automne de 1958, un certain nombre de singes de Koshima lavaient leurs patates douces – leur nombre exact demeure inconnu. Supposons que lorsque le soleil se leva un matin, il y avait 99 singes sur l’île de Koshima qui avaient appris à laver leurs patates douces. Supposons encore qu’un peu plus tard ce-matin là, un centième singe apprit à laver les patates.

Alors la chose arriva !

Ce soir-là presque tous les singes de la tribu se mirent à laver les patates douces avant de les manger. L’énergie additionnelle de ce centième singe avait créé une sorte de percée scientifique !

Mais notez ceci : la chose la plus surprenante observée par ces scientifiques fut le fait que l’habitude de laver les patates douces fit alors un saut au-dessus de la mer… pour rejoindre des colonies de singes habitant d’autres îles ainsi la troupe de singes de Takasaki Yama sur le continent  commencèrent aussi à laver leurs patates douces. C’est ainsi que le macaque japonais a été surnommé le  » laveur de patates « .

Cela signifie que lorsqu’un nombre critique d’individus réalise une prise de conscience, cette même prise de conscience se communique d’un esprit à un autre.

Bien que le nombre exact puisse varier, ce  » Phénomène du Centième Singe  » signifie qu’il suffit qu’un nombre limité de gens intègre une nouvelle façon de faire pour que celle-ci devienne partie intégrante de la conscience de tous ces gens.

A un moment donné, si une seule personne de plus réalise cette prise de conscience et adopte un nouveau comportement, son champ d’action s’étend de telle sorte que cette prise de conscience se communique et est adoptée par presque tout le monde !

Texte tiré du livre « Le Centième Singe » de Ken Keyes Jr

Visualisation : 2- Visualisation pour tous

Visualisation : 2- Visualisation pour tous

Comme nous l’avons vu précédemment, la visualisation est cette capacité mentale que nous avons, de nous représenter une situation, un geste, une sensation. Selon son intensité, cette représentation peut déclencher plus ou moins les mêmes effets physiologiques que le ferait la réalité. Plus la représentation mentale est réaliste et détaillée, meilleur sera le résultat. Aussi il est important de faire participer chacun de ses sens : la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat et le goût.

Dans quel but utiliser la visualisation ?

  • Améliorer ses compétences : en s’imaginant exécuter un mouvement ou une action, on donne à notre corps les informations et les étapes successives pour sa bonne réalisation.
  • Se familiariser avec l’inconnu pour diminuer l’anxiété face à une situation inhabituelle.
  • Se relaxer dans les moments de fatigue ou de difficultés en évoquant une situation de calme et de bien-être.
  • Rester motivé face à un événement à venir.
  • Apporter une aide précieuse pour l’atteinte d’un objectif (réduire son stress, améliorer sa confiance en soi, réussir un examen, arrêter de fumer, etc.)
  • Agir en complément du traitement médical pour guérir certaines maladies graves (cancers, maladies de la peau, troubles cardio-respiratoires, problèmes pulmonaires, maladies qui sont d’aspect psychologique). La visualisation est une pratique totalement sans danger, tant qu’elle est appliquée en complément du traitement médical en cours.Persuadé que la clé de la guérison est d’apprendre à changer ses pensées et ses croyances fondamentales, le Dr Carl Simonton (cancérologue radiothérapeute américain) décida de développer pour ses patients un programme « d’entraînement mental » et de l’intégrer à sa pratique. Ces techniques comprennent plusieurs exercices dont des pratiques de visualisation, au cours desquelles on suggère aux patients de visualiser dans leur tête, leur traitement médical sous une forme (à définir par le patient) qui vient neutraliser ou même dévorer les cellules cancéreuses. La méthode Simonton a été conçue comme un complément aux traitements médicaux classiques, et non comme un traitement à part entière.

Comment réaliser une visualisation créative ?

Une séance de visualisation créative peut durer entre 10 minutes et une heure, selon votre objectif et votre propre rythme.

Tout d’abord, avant de débuter toute visualisation créative, il est important de définir avec précision votre objectif.

Une fois que vous avez choisi le but de votre visualisation, installez-vous dans un endroit calme et confortable et où vous ne serez pas dérangé. Vous pouvez pratiquer assis ou allongé, comme vous le souhaitez. Fermez les yeux, respirez lentement et profondément. Si au cours de cette visualisation des pensées parasites apparaissent, laissez les passer comme les nuages dans le ciel emportés par le vent.

Concentrez alors toute votre attention sur ce que vous désirez, en y mettant toutes vos émotions et toutes vos pensées. Puis construisez votre scénario comme si vous étiez à la fois le scénariste, le réalisateur et l’acteur principal.

Vous voyez le décor, les personnes qui vous entourent. Vous entendez les sons, les voix. Vous ressentez pleinement les sensations et émotions. Créez votre mise en scène selon votre désir. Sentez-vous heureux, comme si vous aviez réalisé votre rêve.

Pour réaliser une bonne visualisation, il est important de prendre en compte quelques éléments indispensables :

  • Le désir sincère d’atteindre l’objectif ;
  • La confiance dans le processus en cours ;
  • L’acceptation, c’est-à-dire vouloir le réaliser sans réserve ;
  • S’entraîner à la visualisation régulièrement ;
  • Être patient et persévérant ;
  • Entretenir des émotions associées aux images ;
  • Visualiser l’objectif comme s’il était déjà réalisé.

Exemple de visualisation : Un entretien professionnel

Imaginez-vous marchant sur le trottoir, arrivant face au bâtiment où aura lieu votre rendez-vous dans quelques minutes. Vous vous sentez calme, déterminé et sûr de vous. Vous entrez  et vous vous dirigez vers l’ascenseur, vous croisez quelques personnes. Vous appuyez sur le bouton correspondant à l’étage et quelques instants plus tard, les portes s’ouvrent. Vous entrez dans le bureau où une réceptionniste vous regarde avec le sourire. Vous vous présentez et annoncez que vous avez rendez-vous. Elle vous invite à vous asseoir et à patienter quelques instants. Voyez avec le plus de précision possible les lieux. Vous êtes détendu. Tout à coup, la réceptionniste vient vous chercher et vous guide jusqu’au bureau où l’homme, avec lequel vous avez rendez-vous, vous accueille. Visualisez-le lorsqu’il se lève et s’approche pour vous serrer la main. Le premier contact se passe bien. La discussion débute et dure un moment. L’homme vous pose un certain nombre de questions. Vous avez bien préparé votre entretien, aussi les réponses sortent naturellement de votre bouche, vous répondez de façon détendue et avec assurance. Votre confiance grandit d’une réponse à l’autre. Vous savez intéresser votre interlocuteur, ce qui se lit sur son visage et son attitude. Vous ressentez une grande joie intérieure car vous percevez que la rencontre est positive.

Il s’agit bien sûr d’un exemple, et c’est à chacun d’adapter sa pratique en fonction de ses besoins, de sa perception et de ses objectifs. Nous sommes tous différents, et donc vous devez trouver ce qui marche pour vous.

Commencez par un « petit » objectif pour vous initiez avec cette pratique et quand vous maîtriserez bien le processus, vous pourrez vous atteler à des objectifs plus conséquents.

Bonne visualisation !

Pour en savoir plus sur la méthode Simonton :

Séance de coaching par internet

Séance de coaching par internet

Nouveauté : Séance de coaching en ligne

Vous êtes stressés…

Vous manquez de confiance en vous…

Vous souhaitez résoudre des problèmes personnels…

Vous avez besoin de soutien pour réussir dans vos entreprises…

Dépassez vos limitations grâce à une aide extérieure bienveillante et encourageante !

Vous disposez de peu de temps et souhaitez rentabiliser au mieux toutes vos activités, la solution est le coaching par internet (plus de déplacements inutiles).

Nous convenons d’un jour et d’une heure et nous nous connectons sur Skype* afin d’effectuer une séance de coaching en ligne durant ¾ h – 1 h, comme si nous étions en face à face.

Pour tous renseignements complémentaires, je me tiens à votre disposition à cette adresse :

info@coach-sante.com

ou par téléphone au : +33 (0)3 84 47 75 34

Au plaisir de vous accompagner !

 

* Skype : Appels gratuits par internet, possibilité de le télécharger facilement et gratuitement si vous ne l’avez pas encore.

 

 

Le porteur d’eau indien

Le porteur d’eau indien

Un porteur d’eau indien avait deux grandes jarres, suspendues aux 2 extrémités d’une pièce de bois qui épousait la forme de ses épaules.

L’une des jarres avait un éclat, et, alors que l’autre jarre conservait parfaitement toutes son eau de source jusqu’à la maison du maître, l’autre jarre perdait presque la moitié de sa précieuse cargaison en cours de route.
Cela dura 2 ans, pendant lesquels, chaque jour, le porteur d’eau ne livrait qu’une jarre et demi d’eau à chacun de ses voyages.

Bien sûr, la jarre parfaite était fière d’elle, puisqu’elle parvenait à remplir sa fonction du début à la fin sans faille. Mais la jarre abîmée avait honte de son imperfection et se sentait déprimée
parce qu’elle ne parvenait à accomplir que la moitié de ce dont elle était censée être capable.

Au bout de 2 ans de ce qu’elle considérait comme un échec permanent, la jarre endommagée s’adressa au porteur d’eau, au moment où celui-ci la remplissait à la source.
« Je me sens coupable, et je te prie de m’excuser. »
« Pourquoi ? » Demanda le porteur d’eau. « De quoi as-tu honte ? »
« Je n’ai réussi qu’à porter la moitié de ma cargaison d’eau à notre maître, pendant ces 2 ans, à cause de cet éclat qui fait fuire l’eau.
Par ma faute, tu fais tous ces efforts, et, à la fin, tu ne livres à notre maître que la moitié de l’eau.

Tu n’obtiens pas la reconnaissance complète de tes efforts », lui dit la jarre abîmée.

Le porteur d’eau fut touché par cette confession, et, plein de compassion, répondit: « Pendant que nous retournons à la maison du maître, je veux  que tu regardes les fleurs magnifiques qu’il y a au bord du chemin ».

Au fur et à mesure de leur montée sur le chemin, au long de la colline,  la vieille jarre vit de magnifiques fleurs baignées de soleil sur les bords du chemin, et cela lui mit du baume au cour.

Mais à la fin du parcours, elle se sentait toujours aussi mal parce qu’elle avait encore perdu la moitié de son eau.

Le porteur d’eau dit à la jarre : « T’es-tu rendu compte qu’il n’y avait de belles fleurs que de TON côté, et presque aucune du côté de la jarre parfaite? C’est parce que j’ai toujours su que tu perdais de l’eau, et  j’en ai tiré parti. J’ai planté des semences de fleurs de ton coté du chemin, et, chaque jour, tu les as arrosées tout au long du chemin. Pendant 2 ans, j’ai pu grâce à toi cueillir de magnifiques fleurs qui ont décoré la table du maître.
Sans toi, jamais je n’aurais pu trouver des fleurs aussi fraîches et gracieuses. »

L’enfant et les étoiles de mer

L’enfant et les étoiles de mer

Après une nuit de tempête, un homme se promène seul sur une grande plage de sable, pour respirer l’air pur et admirer le ciel dégagé qui succède aux orages. Il aperçoit au loin un enfant qui fait des allers-retours en courant du milieu de la plage à la rive de la mer. La petite silhouette se baisse, semble mettre quelque chose dans son seau et court le vider dans l’eau marine. Curieux, l’homme s’approche de l’enfant et lui demande ce qu’il fait.

  • Ce sont des étoiles de mer ! dit l’enfant, elles ont été jetées sur le sable par la tempête, cette nuit. Je les ramène dans la mer pour les sauver !
  • Mais il y en a des milliers sur cette plage ! dit l’homme en souriant, ton geste ne sert pas à grand-chose : tu n’arriveras à en sauver qu’une infime partie ! alors où est la différence ?

L’enfant laisse l’homme sur son interrogation. Il court vider son seau dans l’eau et revient vers lui. Il se penche vers ses pieds, ramasse une étoile de mer, la dépose dans sa main et le regardant dans les yeux, il dit :

  • Pour celle-ci, la différence est grande !

Puis il la met dans son seau et court la jeter à la mer.