Archives de
Catégorie : Développement personnel

Très bientôt du nouveau

Très bientôt du nouveau

 

Quelques mots pour vous annoncer

que mon site va bientôt se transformer.

Je vous laisse encore patienter quelques jours

avant de vous en dire plus et

découvrir par vous-même quand tout sera mis en place.

 

A très vite !

 

Belle journée à vous !

 

NB : Il n’y aura pas de pensée positive la semaine prochaine, étant donné que je mettrai le nouveau site en place.

 

 

 

Communication non violente

Communication non violente

Communication non violente : Thomas d’Ansembourg

  • Bien s’écouter soi pour bien se comprendre,
  • s’exprimer avec clarté,
  • et bien écouter l’autre.

Ce sont les points essentiels pour établir une communication de qualité et apporter du mieux être dans nos relations, relation à nous-même et relations aux autres. C’est le message que nous livre Thomas d’Ansembourg au travers de cette interview réalisé en septembre 2012 pour la radio RCF :
 

 

Vous pouvez également revenir sur ces articles pour suivre, pas à pas, le processus de la communication non violente ou communication émotionnelle :

 

Et aussi :

 

Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :

 

Influence de la ligne du temps

Influence de la ligne du temps

Quelle est l’influence de la ligne du temps ?

Notre représentation du temps peut avoir une influence sur la façon dont nous envisageons la vie. C’est ce que j’ai pu constater récemment et c’est ce que j’aimerais partager avec vous.

Jusqu’à présent, je me représentais la ligne du temps d’une façon assez conventionnelle, comme une droite, le présent étant situé au milieu par un point, avec derrière moi le passé et devant moi le futur. Je pouvais alors voir ce futur s’étendant devant moi. Dernièrement, j’ai pris conscience que cette vision me donnait une sensation d’enfermement, je me sentais prisonnière de cette ligne. C’est au cours d’une méditation qu’une image m’est venue : la ligne droite s’est métamorphosée en un seul point, le présent -puisque lui seul existe réellement. Et devant moi, alors s’offraient toutes les possibilités se situant dans mon champ de vision sous forme de petites droites partant de ce point, ainsi que je l’ai représenté sur le croquis ci-dessous :

 

ligne du temps

 

J’ai alors ressenti une grande sensation de liberté. Il n’y a plus de passé à traîner derrière moi et devant moi s’ouvrent une infinité de possibilités, tout est mobile, tout peut aller d’un point à un autre avec légèreté. Cette image m’inspire beaucoup et je souhaite la garder présente à mon esprit.

Je racontais ce changement de perspective à un ami qui m’a dit que, lui voyait le temps comme une comète. Le devant de la comète représente le présent et la traîne symbolise le passé. Le futur ne figure pas car c’est l’inconnu. J’ai alors constaté que cette métaphore est en adéquation avec ce qu’il vit : la sensation de « traîner » son passé et la difficulté à envisager l’avenir.

Et vous quelle est votre représentation du temps ? Cela peut vous en dire beaucoup sur la façon dont vous vivez votre vie. Et si vous vous amusiez à la modifier pour explorer ce que cela change dans votre ressenti et pourquoi ne pas choisir une nouvelle image plus en adéquation avec ce que vous désirez vivre.

On pourrait penser que dans ma nouvelle vision, ne pas représenter le passé pourrait poser problème , mais de toutes façons, s’il y a des choses à régler par rapport à ce passé, elles ressurgiront dans notre présent quand nous serons prêts à les traiter.

La conclusion de cette prise de conscience est que nos représentations mentales ont une réelle influence sur notre vécu intérieur. Aussi je vous invite à être attentif aux images qui sont ancrées dans votre esprit que ce soit par rapport à cette visualisation du temps ou par rapport à tout autre perception.

Belle exploration à vous !

 

Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :

Le voyage est la destination

Le voyage est la destination

Le voyage est la destination :

Je voudrais revenir aujourd’hui sur le proverbe zen qui constituait la pensée de la semaine : « Le voyage est la destination ».

Bien souvent nous sommes fixés sur le but à atteindre, nous voulons à tout prix atteindre le résultat escompté en oubliant que le chemin pour l’atteindre est tout aussi important, voire plus, parce qu’il va nous demander un certain temps et de l’énergie pour y arriver et si nous ne profitons pas de tout ce parcours, alors nous passons carrément à côté de notre vie. Nous vivons seulement par anticipation, dans l’attente d’un certain résultat, et donc nous vivons juste dans nos pensées et non dans la vie qui se déploie actuellement. Si pour une raison ou une autre, nous n’atteignons pas notre destination, nous allons alors ressentir une grande frustration, puisque nous aurons tout misé là-dessus.

Si au contraire, nous portons toute notre attention au voyage lui-même en appréciant et savourant chaque moment (même si celui-ci n’est pas toujours agréable ou facile, nous pouvons toujours en retirer un enseignement et un intérêt), alors nous vivrons notre vie pleinement, en étant vraiment là. De plus, nous mettrons beaucoup plus de chance de notre côté pour favoriser la réussite de notre objectif parce que nous allons être bien attentif à ce qui se passe dans le présent et nous pourrons voir les opportunités qui se présentent et les actions justes à réaliser. Nous mettrons alors toute notre créativité et notre amour à ce chemin et notre satisfaction proviendra de l’amour que nous y aurons mis, sans se préoccuper de ce qu’il adviendra. Si nous n’avons pas d’attente par rapport au résultat, nous enlevons une grande part des angoisses qui pourraient être liées à la peur d’échouer, nous sommes alors bien plus légers et dans un meilleur état d’esprit pour agir quand il est nécessaire d’agir ou ne rien faire, si aucune action n’est utile.

Si l’issue est conforme à notre désir initial, alors c’est merveilleux, et s’il ne l’est pas, alors aucune importance puisque nous aurons ainsi pris plaisir tout au long du parcours.

Nous pourrons constater aussi dans notre expérience que c’est bien souvent quand il n’y a plus d’attente, quand nous lâchons prise, et que nous nous en remettons dans le flux naturel de la vie que les choses évoluent dans le sens que nous souhaitions (dans la mesure où nos objectifs sont dans le sens de l’expansion et de l’épanouissement des êtres).

Aussi pour ne pas attendre un quelconque résultat, nous pouvons « simplement » revenir dans l’instant présent et nous dire : « Le voyage est la destination ».

 
 
le voyage est la destination

 

Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :


 
 

La cohérence cardiaque

La cohérence cardiaque

Qu’est-ce que la cohérence cardiaque ?

La cohérence cardiaque a été développée par le HeartMath Institute de Californie à la fin des années 1990. En France, elle a été mise en avant par le Dr David Servan-Schreiber, avec son livre « Guérir ».

La cohérence cardiaque est une façon de respirer en rythme qui va permettre de ralentir le rythme cardiaque, qui fluctue en fonction de nos émotions. Notre cœur et notre cerveau étant intimement liés, si nous agissons sur l’un, nous influençons inévitablement l’autre. En effet, en respirant calmement et donc en contrôlant son rythme cardiaque, nous agissons sur le cerveau en influençant le système nerveux autonome. Le système nerveux autonome est composé du système nerveux sympathique (accélérateur du rythme cardiaque en produisant du cortisol, l’hormone du stress) et du système parasympathique (ralentisseur du rythme cardiaque et producteur notamment de la DHEA).

Donc en ralentissant les battements cardiaques, il est possible d’avoir une action sur notre état émotionnel et améliorer notre bien-être physique et psychique.

coherancecardiaque

Employée régulièrement, la cohérence cardiaque peut donc permettre entre autres de :

  • réduire le stress,
  • mieux gérer ses émotions,
  • abaisser la tension artérielle,
  • renforcer le système immunitaire,
  • perdre du poids.

Comment procéder ?

L’exercice se fait assis, les mains sur les jambes ou sur la table, les pieds à plat sur le sol (ne pas croiser les jambes) et le dos droit. Commencez par prendre deux respirations lentes et profondes afin de vous inviter à la détente. Puis suivez les étapes ci-dessous :

      1. L’inspiration et l’expiration se font chacune sur 5 temps à un rythme de 6 respirations en une minute. Il s’agit d’un mouvement fluide où il n’y a pas de blocage de la respiration. Pour vous aider à trouver le bon rythme, je vous ai sélectionné une vidéo sur internet, vous pourrez en trouver d’autres si vous le souhaitez :
        .

        .
      2. Quand la respiration est bien stabilisée, au bout de 10 à 15 secondes, portez votre attention sur la région du cœur au centre de votre poitrine. Et imaginez que vous respirez à travers le cœur, vous inspirez et vous expirez par le cœur. Imaginez et sentez les mouvements lents et souples de l’inspiration et de l’expiration qui baignent votre cœur d’air pur et apaisant.
        .
      3. Puis connectez vous à la sensation de chaleur ou d’expansion qui se développe dans votre poitrine. Pour cela, vous pouvez faire appel à des sentiments d’amour, de gratitude, de paix, de joie. Cela peut être l’évocation d’un visage qu’on aime ou celui d’un animal familier, ou bien une scène de paix dans la nature ou encore un souvenir de bonheur dans l’action comme une descente de ski ou un bord de voile en rappel, etc. Parfois un sourire monte doucement aux lèvres, comme s’il était né dans la poitrine, c’est alors un signal tout simple que la cohérence s’est établie.

Cet exercice est à faire 3 fois par jour pendant 5 minutes. Et bien sûr, plus on s’exerce à utiliser cette technique, plus il devient facile d’entrer en cohérence.

Pour en savoir plus :

Vous trouverez toute une série de vidéos bien expliquées sur la cohérence cardiaque sur ce site :

http://www.guerir.org/videos/coherence-cardiaque.htm

Également ce livre :

 

Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :

 
 


 
 

Visualisation – cancer

Visualisation – cancer

Suite à l’article paru la semaine dernière : « Visualisation – L’histoire de Nancy« , je m’adresse aujourd’hui aux personnes malades qui souhaiteraient faire de la visualisation. Voici donc une proposition de visualisation extraite du livre du Dr Carl Simonton « Guérir envers et contre tout : Le guide quotidien du malade et de ses proches pour surmonter le cancer« . Pour effectuer cette visualisation, je vous invite à la précéder d’une séance de relaxation.

Mise en garde : Il ne s’agit en aucun cas de remettre en cause le rôle du médecin et des traitements médicaux en cours. La visualisation est une aide complémentaire.

 

Visualisation

  1. Maintenant imaginez‑vous dans un endroit agréable et familier, par exemple en pleine nature 11, dans une position naturelle, quelque part où vous vous sentez à l’aise. Imaginez mentalement tous les détails, les couleurs, les sons, les textu­res…
    .
  2. Continuez à vous imaginer dans un état très détendu, dans cet endroit naturel, pendant deux à trois minutes.
    .
  3. Puis, imaginez mentalement le cancer, soit en termes réa­listes, soit en termes symboliques. Pensez au cancer comme s’il était fait de cellules très faibles et faciles à détruire. Sou­venez‑vous que nos corps détruisent des cellules cancéreuses des milliers de fois durant une vie normale. Pendant que vous visualisez votre cancer, rendez‑vous compte que votre guéri­son nécessite que les défenses naturelles de votre propre corps retrouvent leur état normal et sain.
    .
  4. Si vous êtes actuellement sous traitement, visualisez votre traitement pénétrant dans votre corps d’une manière que vous comprenez. Si vous suivez des séances de radiothérapie, visualisez la radiothérapie comme un rayon d’un million de bulles d’énergie frappant toutes les cellules sur son chemin. Les cellules normales peuvent réparer tout dommage qui leur est fait, mais les cellules cancéreuses n’en sont pas capables, car elles sont faibles, et faciles à détruire. (C’est un des faits principaux sur lequel est basé la radiothérapie.) Si vous subis­sez une chimiothérapie, visualisez les médicaments qui entrent dans votre corps et dans la circulation sanguine. Visualisez les médicaments agir comme un poison. Les cellu­les normales sont intelligentes et fortes et ne prennent pas le poison si facilement. Mais les cellules cancéreuses sont des cellules faibles ‑, alors, il en faut peu pour les tuer. Elles absor­bent le poison, meurent, et sont rejetées hors du corps.
    .
  5. Visualisez les globules blancs de votre propre corps qui pénètrent dans la région où se trouve le cancer, qui reconnais­sent les cellules normales et qui les détruisent. Il y a une grande armée de globules blancs. Ils sont très forts et très agressifs. Ils sont aussi très intelligents. Les cellules cancéreuses ne sont pas de taille à s’y opposer. Les globules blancs vont gagner la bataille.
    .
  6. Visualisez le cancer qui diminue. Voyez les cellules mortes emportées par les globules blancs et chassées de votre corps par le foie et les reins et éliminées dans l’urine et les selles.
    • Ça, c’est ce que vous voulez ‑ c’est ce que vous attendez comme déroulement.
    • Continuez à voir le cancer diminuer jusqu’à ce qu’il disparaisse complètement.
    • Voyez‑vous mentalement ayant davantage d’énergie, un meilleur appétit, et vous sentant mieux, plus à l’aise et aimé(e) dans votre famille, au fur et à mesure que le cancer diminue, et enfin disparaît.
      .
  7. Si vous ressentez une douleur quelque part dans votre corps, visualisez l’armée de globules blancs rentrant dans cette région et soulageant la douleur. Quel que soit le problème, donnez à votre corps l’ordre de guérir. Visualisez votre corps en train de guérir, et en bonne santé.
    .
  8. Imaginez‑vous guéri, libre de maladie, plein d’énergie.
    .
  9. Imaginez que vous avez ce que vous voulez, visualisez que vous avez atteint vos buts dans la vie. Voyez votre but dans la vie accompli, les membres de votre famille allant bien, vos relations avec votre entourage améliorées, plus authentiques, et profondes. Rappelez‑vous qu’avoir de fortes raisons d’aller bien vous aidera à guérir; alors, utilisez ce moment‑ci pour vous centrer clairement sur vos priorités dans la vie.
    .
  10. Accordez‑vous un bon point. Donnez‑vous mentalement une petite amicale d’appréciation sur l’épaule pour avoir participé à votre guérison. Imaginez‑vous en train de faire cet exercice d’imagerie mentale trois fois par jour, restant réveillé, éveillé et alerte pendant que vous le faites.
    .
  11. Puis, laissez les muscles de vos paupières devenir plus légers, et préparez‑vous à ouvrir les yeux, puis prenez conscience de la pièce où vous êtes.
    .
  12. Maintenant, laissez vos yeux s’ouvrir ‑ et vous êtes prêts à reprendre vos activités habituelles.

 

Il est bien sûr possible d’adapter cette visualisation en fonction de la maladie dont vous souffrez. Je vous en proposerai d’autres la semaine prochaine.

Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :

 

Pourquoi le stress nuit à notre santé ?

Pourquoi le stress nuit à notre santé ?

Pour faire suite à la vidéo que je vous ai proposé la semaine dernière sur l’épigénétique, voici un extrait du livre de Dawson Church : « Le génie dans vos gènes » qui explique pourquoi le stress nuit à notre santé.

Ce que vous pensez, sentez et croyez change l’expression génétique et la composition chimique de votre corps à chaque instant. (1)

Plus de 1 400 réactions chimiques et plus de 30 hormones et neurotransmetteurs réagissent à des stimuli stressants.

Ainsi, en nous déstressant par le biais de nos attitudes, croyances, hygiène de vie, autosuggestions et spiritualité, nous prenons pleinement part aux choix des instruments qui prédominent dans notre symphonie génétique. Ces connaissances ouvrent d’immenses perspectives pour l’auto-guérison, aussi vastes que le nombre d’instants que comporte votre vie. Lorsque vous comprenez qu’à chaque émotion et pensée, à chaque instant, vous procédez à l’ingénierie épigénétique de vos propres cellules, vous avez soudain sur votre état de santé et de bonheur une capacité d’action qui peut faire toute la différence. La manière dont vous allez utiliser ces connaissances peut déterminer si votre symphonie personnelle se dirige vers une fin précoce et discordante, ou si vous jouez une belle musique avec un très long final.

[…]

Pourtant, peu importe que nous soyons actuellement en bonne santé ou malades, nous avons toujours la possibilité de choisir nos pensées et nos émotions et de sélectionner celles qui vont dans le sens d’une vitalité optimale. C’est ce que j’appelle le cycle de santé épigénétique.

Dans un cycle de santé épigénétique, nous sélectionnons des croyances, des prières et des visualisations positives qui favorisent une santé optimale. Nous évitons celles qui sont défavorables. De cette façon, nous intervenons consciemment afin d’envoyer des signaux épigénétiques à nos cellules. Ces signaux peuvent réduire le stress et favoriser la synthèse d’hormones qui renforcent les processus vitaux, comme la DHEA, et des milliers d’autres substances bénéfiques.

 

(1) L’hormone du stress qu’est le cortisol a les mêmes précurseurs chimiques que la DHEA,qui est associée à de nombreuses fonctions favorables à la santé, ainsi qu’à la longévité. La DHEA est l’hormone la plus commune dans votre corps et est associée à la réparation cellulaire.

Ces deux hormones sont fabriquées par les glandes surrénales. Lorsque les glandes surrénales utilisant ces précurseurs pour faire du cortisol, la production de DHEA diminue. Quand nos niveaux de cortisol sont faibles, les matières premières à partir desquelles notre corps fabrique la vivifiante DHEA sont libérées et la production de DHEA augmente. Mais des niveaux de stress élevés aspirent les ressources biochimiques loin de la réparation cellulaire et tuent des cellules du cerveau. Il a été monté que le cortisol réduit la masse musculaire, accélère la perte osseuse et l’ostéoporose, interfère avec la production de nouvelles cellules de peau, augmente l’accumulation de graisse autour de la taille et des hanches et réduit la mémoire et les capacités d’apprentissage.

 

Pour en savoir plus :

Changer ses croyances, ses pensées, agir sur ses émotions sont donc des actions que nous pouvons mener à chaque instant pour le meilleur de notre santé et de notre bien-être. Si vous ne savez pas comment procéder dans une telle démarche, je suis, bien sûr, à votre disposition pour vous guider, si vous le souhaitez.

Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :

Risques de la pensée positive

Risques de la pensée positive

Quels sont les risques de la pensée positive ?

Vous avez peut-être constaté que j’ai changé la « pensée positive » du lundi en « pensée de la semaine ». La raison en est que d’une part, les pensées proposées ne sont pas forcément « positives », mais sont souvent des invitations à la réflexion ou à la méditation ; et d’autre part, j’aimerais attirer votre attention sur le fait qu’utiliser la pensée positive systématiquement peut avoir des effets néfastes.

Quand je parle des risques de la pensée positive, il ne s’agit pas bien sûr de toutes ces petites phrases encourageantes que l’on peut lire ici ou là, mais de la pensée positive telle qu’elle est utilisée dans certaines branches du développement personnel : à savoir, qu’à chaque fois que nous observons une pensée ou une émotion négative qui nous traverse, nous la transformons systématiquement en pensée positive.

L’ennui de ce processus, c’est que nous nions la réalité et que nous pouvons en venir à nous mentir à nous-même. Dire que tout va bien, alors que nous sommes, par exemple, envahis par la peur, c’est nier la réalité et quelque part, au fond de nous, nous ne sommes pas dupes et nous créons donc des tensions internes entre ce que nous nous racontons et ce que nous ressentons. Au bout d’un moment de l’utilisation de ce processus, notre ressenti n’étant plus écouté, il peut alors s’estomper peu à peu. Toute l’étendue des ressentis, des sentiments et des émotions existent et nous sommes amenés à les traverser dans leur totalité et en repousser certains qui ne nous plaisent pas, créent des blocages et nous empêchent de vivre pleinement notre vie.

Il est préférable d’accueillir la pensée ou l’émotion qui vient nous perturber, la laisser nous traverser pour ensuite la laisser s’en aller d’elle-même quand nous l’avons pleinement reconnu, ainsi que nous l’avions déjà abordé avec la colère précédemment. Et ensuite, nous pouvons alors nous focaliser sur le côté positif de la situation (plutôt que sur le côté négatif parce que celui-ci a été vu et pris en compte au préalable).

La pensée positive nous fait croire que nous pouvons tout contrôler et que nous avons une action sur les événements, ce qui n’est pas réel. Mais c’est plutôt par l’observation de nos mécanismes de penser, nos schémas répétitifs, nos croyances et nos conditionnements que nous pouvons voir ce qu’il se passe moment après moment. C’est ainsi que nous pouvons ensuite lâcher tout ce qui n’est plus utile actuellement et par ce lâcher prise, nos comportements vont alors se modifier d’eux-mêmes en profondeur.

 

risques de la pensée positive

 

Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :


 
 

La puissance de l’intention

La puissance de l’intention

La puissance de l’intention :

Tout ce que nous croyons, va définir comment nous allons vivre, c’est pourquoi il est important de prendre conscience de nos croyances, de nos mécanismes de pensées, des limites que nous nous fixons.

Voici une vidéo très riche d’enseignements, que je vous invite vivement à regarder et qui pourra vous éclairer sur comment être plus à l’écoute de vous-même et vivre ce qui vibre au plus profond de vous.

 


 
Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :