Archives de
Catégorie : Méditation

D’où viennent les pensées ?

D’où viennent les pensées ?

D’où viennent les pensées ? Quelques pistes de réflexion :

Vous êtes-vous déjà posé la question : « D’où viennent les pensées ? » ou encore « Suis-je le créateur de mes pensées ? »

Pour répondre à ces questions, je vous invite à explorer votre expérience, à observer le mécanisme qui se déroule lors de la venue d’une pensée. Est-ce que c’est vous qui faites venir la pensée ou est-ce que vous voyez la pensée qui émerge tout d’un coup ? Et comment arrive-t-elle ? Pouvez-vous savoir quelle va être votre prochaine pensée ?

Prenez quelques minutes pour explorer dans votre propre expérience ce qui se passe, ce sera beaucoup plus profitable pour vous de percevoir ce mécanisme par vous-même.

En fait, non, nous ne pouvons pas savoir quelle sera notre prochaine pensée, la pensée émerge et nous traverse. C’est un processus qui se fait tout seul, nous ne sommes donc pas le créateur de nos pensées. De la même façon, que ce n’est pas nous qui faisons couler notre sang dans nos veines, qui faisons cligner nos yeux ou qui faisons notre respiration, ce n’est pas nous qui créons notre pensée. Le sang coule dans nos veines, les yeux clignent, la respiration se fait toute seule, et les pensées surgissent elles aussi toutes seules et notre esprit les captent. Et alors nous avons le choix de les suivre parce qu’elles nous semblent intéressantes ou simplement les laisser passer et les laisser retourner d’où elles viennent.

Pour faire ce choix, il nous faut cependant être en état de vigilance, de conscience. Bien souvent, nous commençons à « tricoter » les pensées sans même nous en rendre compte ou pire, nous nous laissons submerger par elles. C’est donc en gardant notre attention dirigée sur le moment présent, sur ce qui nous traverse, que ce soit des pensées ou des émotions, que nous pouvons choisir de les suivre ou de les laisser filer comme un morceau de bois emporté par le flux de la rivière. Ce ne sont que des pensées qui vont et viennent, rien de réel.

Je vous souhaite une belle exploration et n’hésitez pas à partager vos découvertes.

 

d'où viennent les pensées

 

Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :


 
 

Respiration consciente – Eckhart Tolle

Respiration consciente – Eckhart Tolle

Pratiquer une respiration consciente

Je vous propose d’écouter cette courte vidéo d’Eckhart Tolle qui nous invite à respirer consciemment pour être dans le moment présent et nous ouvrir à la conscience. Une action toute simple et qui pourtant peut apporter beaucoup si nous l’adoptons au quotidien.

 



 

Alors maintenant, il ne vous reste plus qu’à le mettre en pratique tout au long de vos journées et découvrir un nouvel espace qui s’ouvrent en vous…

 

Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :


 
 

 
 

Balade dans la nature

Balade dans la nature

Voici une balade à photos qui vous donnera peut-être envie d’aller vous aussi bénéficier des bienfaits de la nature et de la marche. La forêt est si belle en automne, c’est une invitation à se laisser porter par les couleurs, les lumières, les brumes matinales qui enveloppent le paysage de douceur.

 

DSC_9012bp6

DSC_9011bp6  DSC_9029bp6

DSC_9109bp6

DSC_9117bp6

DSC_9037bp6

DSC_9180bp6

Belles balades à vous !

Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :

 

Illusion ou réalité ?

Illusion ou réalité ?

Réflexion : Illusion ou réalité ?

Je voudrais aujourd’hui vous faire part d’une réflexion un peu particulière que j’ai lu récemment dans le livre de José Rodriguez Dos Santos : « La clé de Salomon ». Je vous laisse juste découvrir cet extrait, j’ai retranscrit le dialogue tel qu’il est dans le livre, même en ne connaissant pas l’intrigue, vous pourrez aisément suivre la discussion et vous imprégner des paradoxes. Je tiens à préciser que les données scientifiques du livre sont basées sur des découvertes réelles.

Si un arbre tombe dans une forêt où il n’y a personne pour l’entendre, a-t-il fait du bruit ?

Son amie écarquilla les yeux.

  • Bien sûr ! s’exclama-t-elle. Ce n’est pas parce qu’il n’y a personne pour l’entendre qu’il ne fait pas de bruit pour autant. Les choses existent indépendamment de nous, que je sache.

  • Tu crois vraiment ?

  • Sans aucun doute.

  • Eh bien, voyons cela. – L’universitaire changea de position et s’inclina vers l’avant. – Qu’est-ce que le son ? C’est le résultat du mouvement de molécules dans un milieu quelconque, tel que l’air ou l’eau, par exemple. Lorsqu’un arbre tombe par terre, les molécules d’air sont perturbées et génèrent des pulsations successives qui se propagent en onde. Or, quand il se produit entre vingt et vingt mille pulsations par seconde, cette variation de pression provoque une vibration sur une membrane appelée le tympan, qui la transforme en impulsions électriques et la transmet à un nerf. – Il leva l’index pour souligner le point essentiel. – Notez que le tympan n’a enregistré aucun son, il a simplement vibré en raison des pulsations rapides qui modifient la pression de l’air. En réalité, le tympan a stimulé le nerf en fonction du rythme de ces pulsations de molécules, créant ainsi un phénomène que la conscience désigne comme étant le son. Le cerveau aurait très bien pu transformer ce stimulus en image, mais il a choisi de lui faire prendre la forme du son. Un sourd, par exemple, ne peut pas percevoir ce stimulus, ce qui ne l’empêche pas de sentir les vibrations des molécules d’air, mais sur sa peau.

  • Exactement, le son tel que nous le connaissons est créé dans notre cerveau, il n’existe pas hors de lui, résuma le docteur Colaço. Il en est de même, comme il ressort implicitement de ce que vient de dire le professeur Noronha, de la vision. – Il désigna une lampe allumée au plafond. – Cette lampe émet des petits paquets d’ondes électromagnétiques. Notez que ni l’électricité ni le magnétisme ne sont, en tant que tels, des phénomènes visuels. Pourtant, lorsque ces ondes électromagnétiques parviennent à un être humain dans des longueurs d’onde comprises entre quatre cents et sept cents nanomètres, leur énergie stimule les cellules coniques de la rétine et elle est transformée en impulsions électriques qui sont envoyées, par un nerf, vers le lobe occipital du cerveau, à l’arrière de la tête. Lorsqu’ils reçoivent ces impulsions, les neurones sont activés et créent ce que nous appelons une image. C’est la vision.

  • D’ailleurs, il suffit d’observer ce qui se passe lorsque nous voyons un arc-en-ciel, ajouta Tomás. L’arc-en-ciel n’est rien d’autre que la réfraction de la lumière au contact de l’eau selon un certain angle de vision. Si quelqu’un se rend à l’endroit où il a observé un arc-en-ciel, il ne verra rien du tout, ce phénomène n’étant qu’un simple effet visuel capté par nos yeux à partir d’un point donné. Une personne à dix mètres de là le verra avec une intensité de couleur différente ou bien ne le verra pas. En somme, l’arc-en-ciel est une illusion.

  • Mais il peut être photographié, argumenta Maria Flor.

  • C’est vrai. L’arc-en-ciel n’existe pas en tant qu’objet matériel, mais il est réel d’une certaine manière puisque nous le voyons et nous pouvons le photographier. Mais, et c’est là le point essentiel, il n’est réel que s’il est observé. Tu saisis la nuance ? C’est l’observation qui, associée à la réfraction de la lumière dans l’eau, crée l’arc-en-ciel. Sans observateur il n’y a pas d’arc-en-ciel

  • J’ai compris, l’image est également créée dans notre cerveau.

  • C’est en effet ce qu’il importe de comprendre, acquiesça le médecin, montrant à nouveau la lampe. Au plafond il n’y a aucune lumière. Ce qui existe ce sont des ondes électro-magnétiques que notre système neurologique transforme en images. Le cerveau pourrait convertir ces images en… que sais-je, en chatouillements, en maux de ventre, en sons ou en goût, ou en n’importe quoi d’autre, mais il a opté pour l’image.

 

Illusion ou réalité

 

Si ce livre vous intéresse :

 

Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :

 
 


 

Journée Ressources : le 10 octobre 2015

Journée Ressources : le 10 octobre 2015

Une nouvelle journée Ressources est programmée :

 

Les Crozets – 10 octobre 2015

But de cette journée :

Dans un cadre agréable du HAUT-JURA, venez vous ressourcer et apprendre à mieux gérer votre stress ou vos émotions au cours d’une journée conviviale. Les diverses activités auront lieu le plus souvent possible dans la nature (adaptées en fonction de la météo) avec pique-nique tiré du sac.

Au programme :

  • Marche relaxante en vivant l’instant présent
  • Exercices sur :
    • la prise de la distance
    • l’observation
    • le lâcher-prise
  • Relaxation/Méditation

Si vous souhaitez plus de précisions sur la démarche proposée au cours de cette journée « Ressources », je vous invite à lire l’article : « Vers la paix intérieure »

Sur le plan pratique :

Groupe de 4 à 8 personnes – Prix : 60 € la journée – Lieu de rendez-vous : Les Crozets

Prévoir un petit sac à dos avec le pique-nique.

Pour vous inscrire, merci de télécharger le bulletin d’inscription en cliquant ici.

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à me contacter :

info@coach-sante.com

Tél. 03 84 47 75 34

journée ressources

ressources

DSC_8394p600

Méditation : Soulager la douleur

Méditation : Soulager la douleur

Comment soulager la douleur :

Dans un précédent article « Douleur et méditation« , je vous ai donné quelques pistes pour soulager la douleur. Aujourd’hui, je voudrais compléter cette page en vous offrant cette méditation plus spécifique que vous pouvez tout à fait utiliser en alternance avec le balayage corporel, selon vos besoins ou envies du jour.

Par ailleurs, je voudrais attirer votre attention sur la différence entre la douleur et la souffrance. La douleur est la sensation physique dans notre corps qui fait mal, tandis que la souffrance, ce sont toutes les pensées, les commentaires, et les jugements dans notre tête, à propos de cette douleur. Il n’est pas toujours possible d’atténuer la douleur, mais la souffrance, elle peut lâcher, en lâchant toutes ces pensées qui ne font que rajouter un poids supplémentaire qui n’a pas lieu d’être. Vous ne pouvez pas supprimer la douleur, mais vous pouvez supprimer la souffrance.

Si vous souhaitez plus de précisions ou un accompagnement plus personnalisé, n’hésitez pas à me contacter, je suis à votre disposition.

Prenez soin de vous !

 

Méditation : Soulager la douleur

soulager la douleur

 

Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :

 

Invitation au calme intérieur

Invitation au calme intérieur

Enregistrement : calme intérieur

Suite à une conversation avec un ami, pour qui l’enregistrement pourrait lui être utile, j’ai eu l’idée de le mettre directement en ligne. Cet enregistrement est une invitation à lâcher le mental, les pensées pour vous reconnecter à votre calme intérieur. Ce calme (ou cette quiétude, cette paix intérieure, ce silence, quelque soit le mot qui vous parle le plus) est toujours présent en nous. Nous avons simplement oublié qu’il était là en permanence car bien souvent nous en avons perdu l’accès à cause de l’abondance de nos pensées et de la prédominance du mental dans le monde actuel.

Je vous invite vous laisser guider sans rien chercher à faire, juste laisser ce calme venir de lui-même. C’est simple et agréable, et si ça ne l’est pas, c’est que vous cherchez à faire quelque chose pour obtenir un certain résultat ; ici, il n’y a absolument rien à faire, juste voir ce qui est là.
 
calme intérieur

Je vous encourage vivement à prendre quelques minutes pour explorer cette expérience, d’autant que nous en reparlerons dans un prochain article. Il est toujours préférable de VIVRE les choses plutôt que de n’avoir qu’une connaissance intellectuelle. C’est par le vécu que l’on peut saisir réellement ce qu’il en est. Et bien sûr, je suis à votre disposition si vous souhaitez plus de précisions ou si vous souhaitez être guidé plus personnellement.

Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :

 
 


 
 

Vivre l’instant présent – exemple

Vivre l’instant présent – exemple

Je voudrais partager avec vous cet extrait du livre de Christophe André « Méditer, jour après jour ». Bien souvent, quand nous sommes dans un endroit particulièrement agréable, par exemple dans la nature ou chez nous en train de profiter d’une expérience plaisante, nous sommes là, bien présent dans l’instant. Par contre, lors de situation quelconque ou même peu intéressante, nous allons nous plonger dans nos pensées ou dans toutes autres activités et occulter complètement l’environnement extérieur. Dans cet exemple, vous allez pouvoir découvrir au contraire, comment à partir d’une situation tout à fait banale, l’attente d’un train, nous pouvons en profiter pour vivre l’instant présent, en étant pleinement conscient de ce qui nous entoure.

001Un jour, j’attendais le train sur un quai de gare. Je l’attendais, vraiment : surveillant l’heure, observant l’horizon et me demandant s’il allait arriver par la droite ou par la gauche. Tout en sachant que le départ n’était prévu que dans dix minutes. Bref l’esprit complètement encombré de pensées inintéressantes et inutiles. Heureusement, je m’en suis rendu compte (ce n’est pas toujours le cas…). Je me suis vu tout à coup en train d’attendre mon train, comme un chien attend sa pâtée. Je me suis dit que, non, ce n’était pas possible de traverser ma vie comme ça ; même un petit bout de vie. Alors, j’ai songé à mes patients, aux exercicesde présence au monde que nous pratiquons régulièrement. Et j’ai juste fait comme eux, juste fait ce que je leur demande de faire. J’ai abandonné le registre de l’action (ou plutôt de la trépignation, à ce moment où je ne faisais qu’attendre et surveiller l’arrivée ou le retard du train) et je suis passé sur le registre de la présence. J’ai laissé tomber la montre et l’horizon du bout des rails. Et j’ai tourné mon attention vers ma respiration, la façon dont je me tenais ; je me suis doucement redressé, j’ai ouvert mes épaules ; puis j’ai aussi ouvert mes oreilles, j’ai écouté les sons de la gare, les rumeurs, le bruit des roues sur les rails, les dialogues d’oiseaux ; j’ai observé la lumière de ce jour de printemps, les mouvements lents d’un train de marchandises là-bas, tout au bout des quais, les nuages, toutes les installations, les panneaux, les bâtiments au loin ; j’ai reniflé cette odeur froide de métal qu’il y a souvent sur les quais de gare. Fantastique tout ce qu’il y avait à voir et à ressentir. Fantastique comme c’était intéressant et apaisant d’être intensément là, présent à ma vie de l’instant. Lorsque je suis monté dans le train, j’étais serein comme jamais. Je ne l’avais pas attendu une seconde. J’avais juste vécu ma vie, vécu des minutes nourrissantes.

Juste être là, conscient. Prendre conscience que l’on est vivant. Ne rien faire ? Si : vivre. Vivre en conscience. Touchés par le banal, bousculés par le normal. Éclairés par le bénin et l’ordinaire. Éblouis et ravis par la vie.

 

Et cela change tout…  Alors profitez de chaque occasion pour sentir la vie pétiller en vous… quelque soit sa banalité !

Ce très bel ouvrage de Christophe André, qui s’accompagne de peintures pour transmettre son message, est très bien fait. Je vous le recommande si vous souhaitez vous initier à la méditation de pleine conscience. Il est à la fois simple, facilement accessible, complet et permet aussi de mieux comprendre les concepts d’acceptation, lâcher-prise, vacuité qui ne sont pas toujours simples à percevoir intrinsèquement.

Belles méditations !

 
 

Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :



  

Faire des pauses

Faire des pauses

Pourquoi faire des pauses ?

Bien souvent, nous sommes pris dans la routine, dans la course effrénée du déroulement de notre journée, sans vraiment être conscient de ce que nous faisons réellement, nous sommes en pilotage automatique. Quotidiennement, nous répétons certaines actions sans savoir vraiment pourquoi nous les réalisons, sans nous demander si c’est notre propre choix et aussi sans avoir pleinement conscience de pratiquer ces tâches.  Il est alors utile de nous arrêter et de prendre un temps d’observation.

Comment faire des pauses ?

Les pauses sont aussi des petits temps de relaxation qui peuvent ne durer que 3 à 5 minutes et pourtant être très efficaces, si nous les pratiquons au bon moment, c’est-à-dire au moment où le corps en ressent le besoin. C’est par exemple, ouvrir grand la fenêtre et prendre quelques respirations profondes. Bien sûr, cela peut-être aussi une sieste de 20 minutes en milieu de journée pour nous régénérer et être ainsi d’autant plus efficace pour le restant de la journée.

En même temps, ces pauses peuvent être également une occasion de nous recentrer sur nous-même en prenant conscience de notre respiration, en habitant pleinement notre corps et en étant attentif à nos pensées et nos émotions du moment. Une façon de laisser, pendant quelques minutes, les actions, le mode « Faire » pour simplement « Être ».

Pour vous y aider, je vous propose cet enregistrement que vous pourrez suivre les premières fois, avant de le faire de vous-même. Il s’agit de trois minutes de méditation que vous pouvez répéter plusieurs fois dans la journée :

3 minutes de méditation – condition normale

Et si vous êtes en train de traverser une période difficile ou si vous vous sentez subitement envahi par des émotions ou des pensées perturbantes, vous pouvez alors utiliser plutôt ces trois autres minutes de méditation qui vous aideront à faire face à la situation :

3 minutes de méditation – condition faire face

En utilisant régulièrement toutes ces petites pauses au cours de vos journées, vous pourrez constater combien ces journées deviennent différentes et comment cela peut transformer votre vision des choses.

Testez et si vous avez des partages, vous pouvez les formuler ci-dessous.

Si vous souhaitez plus de précisions ou avez besoin d’aide, je suis à votre disposition.

 

faire des pauses

 

Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :


 

Méditation guidée – Balayage corporel ou bodyscan

Méditation guidée – Balayage corporel ou bodyscan

Je vous propose aujourd’hui une méditation guidée, le balayage corporel, qui vous permettra d’habiter pleinement votre corps et d’être à l’écoute de celui-ci. Même si ce n’est pas son but premier, cette méditation est un excellent moyen pour se détendre. Elle peut être aussi utile, ainsi que je l’avais déjà mentionné dans l’article Douleur et méditation, en cas de douleurs.

Principe du balayage corporel (bodyscan) :

Choisissez un lieu tranquille où vous ne serez pas dérangé et suffisamment chauffé. Allongez vous sur un matelas ou sur votre lit, comme vous le souhaitez, et adoptez une position confortable, la tête posée sur un coussin dans l’alignement du corps, les bras le long du corps et les jambes décroisées en position naturelle.

Puis portez votre attention sur votre respiration que ce soit au niveau de votre ventre ou de votre cage thoracique et prenez conscience de vos mouvements respiratoires ainsi que des sensations qui y sont associées. Observez votre respiration sans rien changer à son rythme ni à son amplitude.

Ensuite, vous allez partir pour un voyage à l’intérieur de votre corps, à la découverte des différentes sensations que vous pourrez y rencontrer. Quelque soient les sensations découvertes, vous êtes accueillant vis à vis de ce qui est là, maintenant. Vous êtes curieux et ouvert à tout ce qui se présente à vous, que ce soit des sensations de chaleur ou de fraîcheur, de légèreté ou de lourdeur, des picotements, des fourmillements ou tout autre sensation.

Vous parcourrez tour à tour, en prenant tout le temps nécessaire, chacune des zones de votre corps, tout en y amenant votre respiration au fur et à mesure de votre exploration. Vous pouvez procéder ainsi : pieds, jambes, bassin, ventre, poitrine, dos, mains, bras, tête, puis le corps dans son ensemble.

Si vous craignez de vous endormir pendant cette méditation, il est préférable de la pratiquer au réveil ou en position assise.

Méditation guidée :

Je vous propose un enregistrement pouvant vous guider tout au long de cette méditation. Il dure 31 minutes, quand vous aurez compris le principe, vous pourrez soit raccourcir le temps, soit l’augmenter selon vos disponibilités et vos envies :

Balayage corporel (bodyscan)

 
bodyscan
 

Pour suivre les articles de ce blog, je vous invite à vous inscrire à la newsletter :